Augustin Gourbeyre

Augustin Gourbeyre : un amoureux de la commune

La commune de Gourbeyre a été baptisée du patronyme du contre-amiral Augustin Jean-Baptiste Gourbeyre, qui fut gouverneur de la Guadeloupe de 1841 à 1845, en hommage à son action dans la colonie.

C’est Louis-Philippe Longueteau, le premier maire de la commune, qui fit cette proposition à la mort du contre-amiral.

 

Augustin Jean-Baptiste Gourbeyre naquit le 30 octobre 1786 à Riom. Fils d’un procureur du roi, il gravit tous les échelons de la marine : mousse, novice, aspirant, enseigne de vaisseau provisoire, enseigne de vaisseau entretenu, lieutenant de vaisseau, capitaine de vaisseau et enfin contre-amiral. Il eut une carrière militaire exemplaire. Déjà en 1809, il connaissait la colonie : alors qu’il n’était qu’un simple aspirant sur la Vénus, il contraignit les bricks anglais qui s’approchaient de la baie du Moule à prendre le large. Il reçut plusieurs décorations : chevalier de l’Ordre impérial de la Légion d’honneur en 1810 ; chevalier de l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis en 1819. En 1830, sous le règne de Charles X, il commanda l’expédition de Madagascar. Avec ses six bâtiments, il défendit les comptoirs français, se présenta devant la ville de Tamatave et obligea la reine Ranavalo-Manjoka à s’incliner. A la suite de cet exploit, il fut promu dans la noblesse avec le titre de baron. En 1834, il devint officier de la Légion d’honneur. Puis, entre 1839 et 1840, il fut nommé gouverneur de la Guyane.

C’était donc un homme d’expérience lorsqu’il fut nommé gouverneur de la Guadeloupe où il débarqua le 15 juin 1841. Il contribua largement à l’amélioration des routes sur le territoire de notre commune. Par ailleurs, il fit preuve de courage et de générosité à la suite d’un terrible tremblement de terre qui dévasta l’île, le 8 février 1843. En effet, il organisa immédiatement les secours. En août 1844, il se distingua à nouveau lors de l’incendie de plusieurs maisons dans la ville de Basse-Terre. Il devait malheureusement succomber à la fièvre jaune le 7 juin 1845, après onze jours d’agonie. Travailleur Infatigable, le gouverneur revenait d’une inspection en Grande-Terre. Son corps fut exposé à l’église Saint-François de Basse-Terre, béni à l’église du Mont-Carmel et inhumé au Fort Delgrés, appelé à l’époque Fort Richepanse.